La Vajol

La Vajol est la commune avec la plus haute altitude de la région : 546 m. Avec tout juste une centaine d’habitants, c’est également la commune la moins peuplée. La Vajol connut en janvier et février 1939 une activité politique frénétique : elle fut le siège à la fois de la Présidence de la République et de la Présidence du Gouvernement. La tranquillité de cette localité fut donc interrompue par les événements de l’époque. Paradoxalement, la commune la plus petite de la région a été la capitale de l’État espagnol.

L’église romane Sant Martí, du XIIe siècle, possède un mur-clocher avec deux arcs en quart de cercle. Elle présente des éléments intéressants comme le grand escalier extérieur menant au clocher, un escalier devenu un peu le symbole du village.

Le point d’observation de l’Ampurdan donne sur une route menant à Maçanet de Cabrenys. Quand le ciel est bien dégagé, le panorama depuis ce point d’observation est spectaculaire : depuis la pointe du Cap de Creus jusqu’à la plaine de l’Ampurdan, le Montgrí et la région du Bas Ampurdan.

Le monument à Lluís Companys a été érigé par la Commission pour commémorer le passage du président vers l’exil, en janvier 1939. Il fut inauguré en 1981, au col de Manrella, juste à la frontière avec la France. Chaque année, le 15 octobre, date de l’exécution de Lluís Companys à Montjuïc en 1940, un acte de commémoration y est tenu.

À l’entrée de La Vajol, dans les environs de Can Canta se trouve un monument inauguré en 1991 érigé en hommage aux mineurs qui ont travaillé dans la mine de talc. Il s’agit d’une oeuvre en fer forgé fabriquée avec des matériaux issus de la mine. Elle représente un mineur avec un wagonnet.

La Mine Canta (également dénommée Tresor d’en Negrín), propriété des frères Giralt Canta, avait été confisquée par le gouvernement républicain en 1937, et tout un groupe d’ouvriers venus de Cartagena y travaillèrent pendant plusieurs mois sous la direction du lieutenant Joan Negrín, fils du président du Gouvernement. L’intérieur de la mine fut alors transformé en un véritable fortin avec une porte blindée, des ascenseurs, son propre générateur d’électricité, ses salles, etc. À l’extérieur, la poussière et la pierre concassée dévalaient le long du versant en blanchissant toute la zone basse de l’usine. Pour ce qui est de l’or, on raconte que le dernier camion sorti de la mine n’a jamais pu passer la frontière du Perthus. C’est alors qu’on décida de charger l’or à dos de mulets et de chevaux pour traverser les montagnes de Les Illes. Il semble que c’est la dernière fois qu’on entendit de lui.

Més informació: http://ca.lavajol.cat/

la-vajolla-vajol-4la-vajol-2

 

Uso de cookies

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.

ACEPTAR