L’Escala

Les origines de cette localité remontent au XVIe siècle : il s’agissait du quartier des pêcheurs de Sant Martí d’Empúries qui était apparu autour d’un petit port entre la plage d’Ampurias et celle de Riells, avant de devenir une commune à part entière au XVIIIe siècle. L’Escala est une ville de marins par excellence ; c’est en effet de la mer que provient sa source de richesse traditionnelle : la pêche et la salaison des anchois.

Le Musée d’Archéologie de Catalogne-Ampurias constitue l’un des sites archéologiques les plus importants du pays. Les Grecs s’y établirent au début du VIe siècle avant J.C., et plus tard, les Romains initièrent la romanisation de la Péninsule Ibérique (au IIe siècle avant J.C.) également à partir de cet endroit, non seulement pour les avantages stratégiques qu’offrait ce golf, mais également pour la beauté indiscutable du site. Les ruines d’Ampurias permettent de visiter la ville grecque, la ville romaine et le Musée d’Archéologie.

L’Escala a su préserver tout au long des siècles une industrie qui l’a rendue célèbre dans le monde entier : la salaison des anchois. Le Musée de l’Anchois et du Sel permet de découvrir l’histoire de la pêche et de la salaison des poissons bleus, depuis le XVIe siècle jusqu’à nos jours. Des visites guidées et des routes thématiques sont organisées, comme celle consacrée à Victor Català, la route de la contrebande en barques, ou la visite de la maison des pêcheurs de Can Cinto qui permet de découvrir le patrimoine de L’Escala dans différentes langues.

La collection privée de motos de Vicenç Folgado comprend tout un ensemble de pièces et d’objets les plus variés que ce sportif a pu rassembler tout au long de sa vie, vécue avec intensité dans le monde entier. En plus de motos de toutes les époques, cette collection comprend de vieilles voitures, des maquettes de trains et des voitures miniatures.

La tour de Montgó était une tour de défense contre la piraterie dont le but était de protéger les pêcheurs de L’Escala et de L’Estartit ; elle fut construite par le roi Philippe Ier d’Aragon et II de Castille. Sur le chemin de la tour, au lieu-dit du Corral d’en Lleona se trouvait une villa romaine (IIe et IIIe siècles). Au lieu-dit El Pedró se trouve une autre tour similaire qui date du XVIe siècle.

Indiquons le lavoir public et le cimetière marin. La blancheur de la chaux des maisons de pêcheurs, typiques de la Méditerranée, se retrouve sur les tympans des tombes de ce cimetière. Figurant au catalogue des monuments depuis 1974, ce cimetière est typique de l’architecture populaire néoclassique et il accueille les tombes de célèbres artistes du pays comme l’écrivain Victor Català (Caterina Albert i Paradís) ou le photographe Josep Esquirol. Les visites organisées commencent devant le Musée de l’Anchois et du Sel.

La visite de la localité de Sant Martí d’Empúries s’avère très intéressante. Ce site était habité par l’homme dès les IXe et VIIIe siècles avant J.C. (fin de l’Âge de bronze). Au VIe siècle avant J.C., cette place commerçait avec les Phéniciens, les Puniques et les Phocéens de Massalia, et à la fin du même siècle, la localité prit le nom d’Emporion. Progressivement, la population autochtone (les Ibères indiquetes) et les marchands greco-phocéens s’installèrent sur la terre ferme pour créer le grand port d’Ampurias qui fournissait les ports plus petits de L’Escala et de La Clota (IIe siècle). Habité probablement en permanence par l’homme jusqu’à aujourd’hui, la localité a conservé sa muraille médiévale construite sur les vestiges de la cité grecque, et l’église de Sant Martí dont la fin de la construction remonte à 1538. Elle fut le siège de la première capitale du comté d’Ampurias jusqu’en 1064. On y retrouve aujourd’hui le vieux village médiéval.

Le passage d’Ampurias relie Sant Martí à L’Escala. Il s’agit d’un passage de 2,5 km qui longe la côte et permet de découvrir les ruines d’Ampurias d’un côté, et les magnifiques dunes des plages d’Ampurias de l’autre. Les rues et les sites d’intérêt du vieux centre de L’Escala nous convient à redécouvrir l’histoire de cette localité maritime et l’architecture de son passé. La maison des pêcheurs de Can Cinto Xuà (Carrer de la Torre, 35) montre avec réalisme les scènes et la vie quotidienne du port des XVIIIe et XIXe siècles. Pour visiter la maison des pêcheurs, adressez-vous au Musée de l’Anchois et du Sel.

Les produits comme le sel et de nombreuses marchandises arrivaient par mer et étaient entreposés dans l’Alfolí de la Sal (1697) avant d’être acheminés vers les villages de l’intérieur des terres. L’existence d’un bâtiment de ces caractéristiques, des chantiers navals et du cabotage ont fait que la localité a connu un grand développement économique au cours du XVIIIe siècle.

Uso de cookies

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.

ACEPTAR