Castelló d’Empúries- Empuriabrava

Castelló d’Empúries connut son apogée au Moyen Âge lorsqu’au XIe siècle les comtes d’Empúries installèrent leur résidence sur ces terres pour en faire la capitale du comté.
Les édifices du centre urbain ou quartier monumental, qui a bien su préserver son aspect traditionnel, sont de cette époque. La ville possède également quelques exemples d’architecture urbaine de l’époque : des places avec des arcades, la rue Carrer del Bordell, les quartiers des artisans et El Call (ancien quartier juif ), entre la rue Carrer Sant Pere més Baix et la rue Carrer Peixateries Velles, qui ne conserve plus aujourd’hui que le tracé de ses anciennes rues.

Étant donné le statut que la ville de Castelló avait obtenu en devenant capitale du comté, dès la première construction de l’église Santa Maria, la volonté était d’apporter à cette dernière des dimensions dignes d’une cathédrale. Malgré les nombreuses modifications et destructions dont a fait l’objet la structure de l’église au cours des différentes guerres, les travaux de restauration n’ont jamais cessé et font que l’on peut aujourd’hui contempler des éléments d’une grande valeur comme les sculptures des tombeaux du XIVe siècle, les reliefs de la collection de clefs de voûte répertoriées et, surtout, les très beaux ensembles de la façade principale et du retable du grand autel qui illustrent tout un répertoire de l’art médiéval qu’on ne peut trouver que dans les cathédrales.

Par ordre d’importance, il s’agit du deuxième monument religieux de la province de Girona. Cette église est finalement devenue basilique en 2006.

La Cúria-Presó était le centre judiciaire et pénitentiaire du Moyen Âge et elle possédait deux corps de bâtiment. La Cúria, le lieu où était rendue la justice, et la Presó (prison) à laquelle accédaient les condamnés depuis l’intérieur du premier bâtiment. La prison de Castelló d’Empúries, qui existait déjà au XIVe siècle et possédait son propre bourreau, est un modèle singulier de prison de l’Ancien Régime dont la structure était organisée autour d’une cour centrale où se trouvaient les cellules sombres et malsaines, des pièces fermées par une grosse porte et un unique rayon de lumière qui entrait à travers les petites fenêtres à barreaux qui donnaient sur la cour. Du XVIIe au XIXe siècle, les prisonniers laissèrent le témoignage de leurs sentiments, de leurs inquiétudes et de leurs pensées à travers de nombreuses inscriptions pleines de plasticité et de symbolisme.

L’Écomusée-Farinera est un écomusée installé dans des minoteries datant du XIXe siècle et de la première moitié du XXe. Ce lieu permet de découvrir les processus complexes de la transformation du blé en farine à travers quatre contenus thématiques : l’évolution du moulin à farine aux minoteries, la source d’énergie, le blé, la farine et le pain, et le processus de production.

La Llotja (maison communale) ou Consolat de Mar fut un symbole de paix entre le comte Jean d’Ampurdan et le roi Pierre III le Cérémonieux (Pierre IV d’Aragon). Une voûte majestueuse avec des arcs en ogive surplombe la grande salle centrale de ce bâtiment, un bel exemple de l’art gothique civil de la fin du XIVe siècle. Il y a quelques années, l’édifice accueillait l’hôtel de ville.

La Casa Gran est un immeuble de style gothique civil bien préservé : le bâtiment de devant a été conservé. Avant les destructions provoquées par les guerres de la deuxième moitié du XVIIe siècle, il s’agissait d’une demeure seigneuriale dont la superficie était bien plus grande que l’actuelle.

Le Palais des Comtes ou convent Sant Domènec a été fondé en 1317 avec la contribution de la ville et des comtes ; il se trouvait à l’extérieur des murailles tout comme d’autres palais similaires qui existaient à la même époque à Castelló. Les bâtiments actuels présentent une forme en trapèze, avec un cloître central entouré de quatre corps de bâtiments, et une église adossée au nord. L’église (des XVIIe et XVIIIe siècles), d’un style marquant la transition entre le baroque et le néoclassique, est rectangulaire et possède trois nefs séparées par de solides piliers, chacune avec trois chapelles et des voûtes en arête. Elle accueille aujourd’hui les conseils municipaux de la ville.

Le long du chemin Rec del Molí se trouve la partie la mieux conservée de la muraille. Sur les huit portes d’entrée des anciennes fortifications de la ville comtale, le Portail de la Gallarda (XIIIe siècle) est le seul qui existe encore aujourd’hui. Cette porte d’entrée était protégée par les murailles et les douves connues actuellement comme le Rec del Molí, et par un pontlevis, et elle permettait d’accéder au lac de Castelló sur lequel, selon la légende, les moines du monastère de Sant Pere de Rodes venaient se ravitailler sur des barques. La porte et les fondations de la muraille datent du XIIIe siècle.

L’ancien monastère Sant Agustí, régenté par les moines du même nom, a été vendu lors des lois de sécularisation des biens de l’Église à un célèbre homme politique progressiste, Enric Climent, qui en modifia l’église en supprimant transversalement les éléments situés au nord, c’est-à-dire l’abside et l’une des nefs latérales qui possédait une absidiole et quatre chapelles latérales, pour y construire une rue (le Carrer Climent). Plus tard, la propriété passa à la famille Torrecabota qui en a fait une demeure seigneuriale dans laquelle elle habitait encore il y a quelques années. De la Casa Torrecabota qui est devenue un hôtel, il reste aujourd’hui la façade en pierre, avec un portail monumental, et le clocher de l’église.

Le couvent Santa Clara (XVIIe-XVIIIe siècles), qui appartient actuellement à la ville, a été l’un des premiers couvents fondés par les soeurs clarisses de Catalogne, en 1260. Il se trouvait à l’origine hors des murs, sur le site appelé ” Planiol de Santa Clara “, le quartier connu aujourd’hui sous le nom de Ca l’Anton, mais il fut tellement éprouvé par les guerres de la deuxième moitié du XVIIe siècle que les religieuses décidèrent de le reconstruire, à la fin du même siècle, à l’intérieur de la cité. C’est donc ici que fut construit le couvent actuel qui date de 1683 ; il comprend une église à une seule nef, avec à côté le couvent et ses quatre corps de bâtiment autour d’une cour délimitée par des arcades et qui fait office de cloître. Le jardin-potager, situé derrière les bâtiments, va jusqu’à la muraille.

Le Pont Vell (Vieux Pont) du XIVe siècle apparaît déjà dans les archives de la fin du XIIIe même si sa construction fut achevée bien plus tard. Situé dans l’ancien quartier Sant Marc, et marquant le début du vieux chemin de Figueres, le Pont Vell est un bâtiment en pierre et en briques, de sept arches de différentes formes, hauteurs et ouvertures, renforcé par des taille- mers de section triangulaire qui font office de contreforts. Ce fut pendant des siècles le seul pont sur la Muga qui communiquait Castelló avec les régions situées au-delà de la rivière, jusqu’à ce qu’au XIXe siècle, en 1895, à l’occasion du nouveau tracé de la route allant de Figueres à Roses, soit inauguré un autre pont en structure métallique reposant sur de gros piliers en pierre, sous le nom de Pont Nou (Pont Neuf ).

Le centre médiéval de Castelló possède un Call Jueu, un ancien quartier juif. En plus des comtes et du reste de la noblesse qui, avec le soutien d’une bourgeoisie d’artisans, firent de la ville la capitale du comté, une autre communauté joua un rôle essentiel dans son développement : la communauté juive qui, avec celles de Girona et de Besalú, figurait parmi les plus nombreuses de la province de Girona. Les documents attestent de la présence de la communauté juive dans le comté d’Ampurias dès le XIe siècle, ce qui coïncide avec la chronologie juive de la ville de Girona. Il semble que le quartier juif de Castelló se trouvait aux alentours des rues Carrer de la Llana, Carrer la Muralla, Carrer del Calabró et Carrer dels Jueus. À partir de la moitié du XIVe siècle, la communauté juive connut un lent déclin jusqu’à ce que le 31 mars 1492, les Rois Catholiques décrétèrent d’expulsion des juifs de tout le royaume.

Aujourd’hui, Castelló est la troisième commune de Catalogne sur laquelle ont été retrouvées le plus grand nombre de stèles funéraires, et l’on peut aujourd’hui encore deviner la présence de son ancienne synagogue dans la rue Carrer de les Peixateries Velles.

À l’extérieur des murailles se trouve le lavoir (XVIIe-XIXe siècles), l’ancien bassin public de Castelló aujourd’hui abandonné. Il se trouve dans un endroit idyllique et tranquille où ressurgit l’eau en aval des minoteries.

La tour Carlina a été construite par le régiment ” Toledo ” (XIXe siècle) ; elle servait de vigie et devait être fortifiée. Au XIXe siècle, trois guerres civiles dévastèrent le pays à cause du conflit de la succession au trône d’Espagne. La première, et surtout la troisième guerre carline, marquèrent profondément la commune qui possédait quatre tours de défense aux abords du village. De nos jours, une seule tour existe encore ; les autres ont été détruites lorsque Castelló fut très durement attaquée, une épreuve qui laissa une empreinte indélébile dans la mémoire collective : cette bataille est connue sous le nom de Foc de Castelló (Feu de Castelló).

Empuriabrava : la plus grande marina résidentielle du monde

Cette marina résidentielle, située à 2 km de Castelló en direction de la mer, constitue l’un des sites touristiques les plus vastes et originaux de la Méditerranée. Empuriabrava a été construite en 1967. Son originalité repose sur sa structure urbaine qui comprend tout un réseau de canaux navigables de plus de 30 km qui la traversent en forme de quadrillage. L’un des grands avantages d’Empuriabrava sont les équipements des résidences. Ces dernières possèdent pratiquement toutes un jardin et un garage avec un accès privé aux canaux, de sorte que les propriétaires peuvent amarrer leur embarcation devant leur porte.

www.castelloempuriabrava.com

Uso de cookies

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.

ACEPTAR